· 

Lokal is beautiful : le groupe MCB se penche sur notre modèle économique

L’effet multiplicateur sera d’autant plus élevé que le territoire est capable de limiter les fuites de richesses
L’effet multiplicateur sera d’autant plus élevé que le territoire est capable de limiter les fuites de richesses

Le Groupe MCB a présenté dans la cadre d’une conférence au Caudan Arts Centre, les résultats d’une étude commanditée auprès du cabinet français Utopies et ayant pour but d’identifier les fuites économiques et de proposer des solutions y relatives. Cette étude est la première preuve concrète de l’engagement du Groupe en faveur du développement durable à travers son manifeste « Success beyond numbers », lancé en novembre dernier. Intitulé « Lokal is beautiful », ce rapport a été présenté à une audience élargie composée de différentes sphères d’activités du pays ; à savoir les secteurs public et privé, les ONG, PME, la presse etc.

 

Le premier constat est que l’attraction de richesses extérieures est un pilier important, nécessaire, mais non suffisant pour expliquer et porter durablement la prospérité de l’île. Les revenus de Maurice s’expliquent en effet par la capacité de l’île à capter des revenus internationaux (exportations, revenus du travail, capital) mais aussi à les faire circuler localement : les revenus qui entrent sur le territoire vont générer d’autres richesses locales, entraînant, par un effet vertueux, de nouveaux échanges et de nouveaux revenus… jusqu’à ce que l’effet ricochet s’estompe.

L’effet multiplicateur sera d’autant plus élevé que le territoire est capable de limiter les fuites de richesses (importations, revenus payés aux investisseurs étrangers…). Sans cet effet, le territoire fonctionne un peu comme un seau percé, qui n’arrive pas à garder les richesses qui y entrent et à en faire profiter son économie locale. Pourtant, alors que ses revenus externes sont en croissance depuis 20 ans, l’effet multiplicateur de Maurice, c’est-à-dire sa capacité à faire circuler ces richesses est en baisse tendancielle, de 25% en 10 ans. Il ne s’agit pas tant de se défendre par des pratiques tarifaires que de chercher à stimuler une nouvelle forme d’entrepreneuriat local et de faire émerger de nouvelles filières locales. Ce mouvement est nécessaire pour garantir à la fois l’inscription dans la mondialisation et une prospérité durable à Maurice.

La nouvelle île : Fab, Circular, Smart

Aujourd’hui, trois scenarios économiques sont envisageables :

 

  1.  Laisser l’économie suivre son mouvement actuel mais très incertain avec une croissance annuelle du PIB de 3-4% : le revenu/habitant ne serait doublé qu’à horizon 2035.
  2. Multiplier par deux les revenus extérieurs sans modifier la tendance à la baisse de l’effet multiplicateur : cela impliquerait d’importantes transformations et soulève des interrogations majeures. Maurice est-elle en capacité de multiplier par deux d’ici quelques années les exportations industrielles, les flux touristiques et les activités financières à l’international ?
  3. Augmenter de 50% les revenus extérieurs et de 25% l’effet multiplicateur : l’analyse montre que ce scénario est crédible et envisageable à l’horizon 2025.

 

Cependant, les deux premiers scénarios ne sont pas sans conséquences sociales ou environnementales. Et il est aujourd’hui impératif de repenser notre modèle de développement afin de le rendre inclusif et de créer de la prospérité pour le pays dans son ensemble. Il faut donc :

– Encourager la réponse aux besoins locaux avec des ressources locales, pour produire localement ce qui ne l’est plus ou pas suffisamment

– Augmenter la valeur de ce qui est exporté par Maurice, en générant davantage de revenus sur la base des connaissances et savoir-faire ancrés localement, notamment à travers la complexification de la production mauricienne.

Le Groupe MCB a présenté dans la cadre d’une conférence au Caudan Arts Centre, les résultats d’une étude commanditée auprès du cabinet français Utopies et ayant pour but d’identifier les fuites économiques et de proposer des solutions y relatives.

 

Pour ce faire, trois pistes se dessinent. Première faire de Maurice une île plus « fabricante » avec des micro-usines, Fab-labs professionnels, Fab-shops, incubateurs, partenariats, start-ups – entreprises. Puis une « Circular island » Produire avec les ressources matérielles du territoire. Réparer, redonner de la valeur, recycler (boucles locales), réutiliser les déchets. Enfin créer de la valeur plutôt que des produits. Il s’agit d’un Business model basé sur la digitalisation (Peer to peer, plateformes collaboratives, applications décentralisées basées sur la blockchain ou l’Intelligence artificielle).

 

Pierre-Guy Noël, Chief Executive du groupe MCB souligne : « l’étude que nous partagerons avec vous aujourd’hui découle directement du premier pilier de notre programme de Corporate Sustainability, à savoir la contribution à une économie locale dynamique et durable. Cette mission est une vaste entreprise à elle-seule. Et le Groupe MCB est conscient du fait qu’il n’y arrivera pas seul. Notre économie locale dépend de chacun d’entre nous, que nous soyons du secteur public, privé, des ONG, de la presse… Quel que soit notre rôle dans la société mauricienne, nous sommes avant tout des consommateurs, avec des habitudes de consommation. C’est aussi une réflexion autour de nos habitudes que le rapport provoque également ».

 

Alain Law Min, CEO – MCB Ltd fait, pour sa part ressortir que « cette étude est d’une importance capitale pour le pays. Ce n’est pas une étude pour la MCB, mais c’est une étude que l’on veut vulgariser pour tous. Nous souhaitons que tous les acteurs collaborent pour réaliser de nouveaux modèles de développement. Nous voulons donner envie de collaborer avec les différentes parties pour faire avancer l’économie mauricienne. Et ce faisant, apporter une prospérité durable pour tous. »

 

Raoul Gufflet, Deputy Chief Executive – MCB Ltd et parrain de l’initiative « Success Beyond Numbers » fait pour sa part ressortir que « la MCB qui a à cœur le développement de l’industrie mauricienne et le développement de notre nation, a voulu par le biais de ce rapport, donner envie. C’est aussi simple que ça. Nous avons voulu donner envie aux entrepreneurs mauriciens – du petit entrepreneur au gros conglomérat. Nous avons dans le cadre de notre programme de corporate sustainability envie de favoriser une économie locale qui soit circulaire, smart, et fab et circulaire. Faisons en sorte de créer ensemble toutes les conditions de la convergence d’intérêt. Notre but est de créer un écosystème qui soit pérenne qui soit inclusif pour faire en sorte que Maurice soit encore meilleure qu’elle ne l’est déjà. ». Arnaud Florentin, Directeur associé chez UTOPIES et auteur du rapport : « La notion d’effet multiplicateur local, élaborée par l’agence UTOPIES, correspond à la capacité d’un revenu qui entre dans un territoire à y circuler durablement et à irriguer son économie. L’image d’un flipper, où il faut que la balle reste en jeu et rebondisse le plus possible entre les composantes du jeu pour marquer des points et obtenir des « extra-balls », résume bien ce concept ».

 

Source : INSIDE NEWS

retraite a maurice

Le site d'information " Retraite-a-Maurice" a été réalisé et est régulièrement actualisé conjointement par le Cabinet de conseil e CONSEIL & ASSISTANCE pour les aspects juridiques et fiscaux , pour la partie conseils et assistance en immobilier par le cabinet conseil immobilier ÉMERAUDE IMMOBILIERIl a été conçu pour répondre aux questions que se posent les candidats à la retraite à l'île Maurice et pour leur donner toutes les informations de manière professionnelle et objective; L'objectif étant d'aider les ressortissants étrangers à la retraite à venir vivre et s'installer à l'île Maurice et passer une retraite agréable.



Nous Suivre

Partager

S'abonner au flux RSS

www.retraite-a-maurice.com Blog Feed

Écotourisme - Le Val au coeur d'un projet de Rose Sugar Estate
>> Lire la suite